Courante

description

Cette partition serait la composition d'une double utopie: celle d'une musique qui s'adresserait essentiellement à nos corps. En ce sens les paires instrumentales et autres symétries de la disposition scénique constituent une sorte d'organisme qui communique directement avec le notre.

 

Le double de cette utopie: une oeuvre où le sens se situerait en surface, vers un horizon qu'il faudrait atteindre au plus vite.

 

La partition s'articule en trois volets qui développent chacun l'un des champs sémantique du titre. Il y a pour commencer une musique vive, pulsée et ternaire, qui se souvient de la danse française du XVIIème siècle. S'ensuit une période de retombée qui développe la sensation d'habitude et de déjà-vu à travers un jeu de répétition se déclinant depuis l'identique jusqu'au transfiguré. Vient sans transition la dernière partie où l'abondance de motifs crée un véritable courant sonore dont le flux augmente constamment.

effectif

pour 21 musiciens

 

2 flûtes (1. prenant piccolo)

2 clarinettes en la

 

2 hautbois (2. prenant cor anglais)

2 bassons

 

4 saxophones: 1 soprano, 1 alto, 1 ténor, 1 baryton

 

2 percussionnistes

1 piano/celesta

1 harpe

1 accordéon microtonal

 

2 violoncelles

2 contrebasses

détails

Durée: 14'

Première exécution: le 6 octobre 2017, Paris

Orchestre des Lauréats du Conservatoire de Paris

Pieter-Jelle de Boer, direction